Vous êtes ici : AccueilInauguration de l’Institution ‘Archives du Maroc’ : pour une écriture raisonnée et pluraliste de l’Histoire

Bulletin d'information

Actualités

21-11-2022

Le CNDH organise la 2ème réunion de la Commission de réflexion sur la migration (...)

Lire la suite

05-11-2022

GANHRI : Lettre ouverte aux États parties à la CCNUCC et à l'Accord de Paris à l (...)

Lire la suite

22-09-2022

AVIS DE RECRUTEMENT PORTANT OCCUPATION DEUX POSTES BUDGÉTAIRES BASÉS AU SIÈGE

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Inauguration de l’Institution ‘Archives du Maroc’ : pour une écriture raisonnée et pluraliste de l’Histoire

lors d’une cérémonie d’inauguration présidée par le Ministre de la Culture, en présence du Président du CNDH de la représentante du chef de la délégation de l’Union Européenne au Maroc et le délégué interministériel aux droits de l’Homme.

‘L’institution Archives du Maroc dont s’est dotée aujourd’hui le Maroc est l’une des plus importantes institutions à tout pays démocratique qui garantit une écriture raisonnée et pluraliste de son Histoire’ a déclaré M Driss El Yazami, Président du Conseil National des droits de l’Homme.

Durant la cérémonie d’inauguration de l’institution Archives du Maroc qui s’est déroulé le vendredi 27 Mai au Siège de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc à Rabat, M EL Yazami a appelé tous les acteurs à se mobiliser afin de faire de l’institution ‘Archives du Maroc’ une structure efficace dotée des technologies nécessaires et en mesure de répondre aux besoins nationaux tout en respectant les standards internationaux.

Le Président du CNDH a également rappelé que le rapport final de l’Instance Equité et Réconciliation avait inclus plusieurs recommandations spécifiques en matière d’histoire, de mémoire et de politique des archives ainsi que les conditions d’y accéder. Ceci, afin d’établir un rapport scientifique et apaisé avec l’Histoire et la mémoire. L’IER a fait cette recommandation suite à ce qu’elle a pu constater comme situation dégradée d’une partie des archives publiques et privées ainsi que l’absence du cadre institutionnel national et moderne chargé de la politique de collecte, de tri et de préservation des Archives.

Il est à rappeler que le Conseil national des droits de l’Homme a veillé, dans le cadre du suivi des recommandations de l’IER, à contribuer au processus de création de l’institution ‘archives du Maroc’ notamment à travers l’accompagnement du processus de l’élaboration de la loi 69/99 sur les archives, la mise en place d’un groupe de travail ‘archives, histoire et mémoire’ composé d’experts et de spécialistes chargé de réfléchir aux meilleurs moyens pour la préservation des archives publiques, l’organisation de plusieurs rencontres de concertations avec les acteurs concernés notamment le ministère de la culture ainsi que l’organisation de conférences et la mise en ouvre du programme de l’accompagnement des recommandations de l’IER dans le domaine de l’histoire, des archives et de la mémoire financé par l’Union Européenne à hauteur de 8 millions d’Euros.

De son côté, M Bensalem Himmich, Ministre de la Culture, a expliqué que ‘Archives du Maroc’ est une institution qui préservera la mémoire du Maroc à travers la formation de ces équipes administratives et techniques, l’ouverture d’accès aux documents, la numérisation des documents et la garantie de l’appui technique nécessaire à l’institution. M. Himmich a également exprimé sa conviction que non seulement les archives constituent le passage nécessaire pour la mémoire, mais elles permettent aussi de comprendre les mécanismes et les textes qui ont fondé les sociétés aussi bien dans le domaine culturel, civilisationnel, intellectuel ou politique.

M Mahjoub El Haiba, délégué interministériel aux droits de l’Homme, a insisté sur le rôle de l’IER dans la promotion du rôle des archives nationales et a appelé toutes les composantes de la société à s’approprier la question des archives, qui souffre d’un désintérêt dans plusieurs départements publics et privés. Il a également insisté sur l’importance de la formation et de la formation continue dans ce domaine.

‘ Sans trace, il n’y a pas de mémoire, sans mémoire il n’y a pas d’histoire’ a souligné, pour sa part, Mme André Corrine , représentante de l’Union Européenne (UE) au Maroc, confirmant l’intérêt que l’UE accorde, dans le cadre de l’appui aux recommandations de l’IER, à la question de la préservation des archives . ‘C est un grand chantier à caractère complexe mais prometteur’ a-t-elle ajouté.

De son côté, M Jamaa Baida, Directeur de l’Institution Archives du Maroc, a souligné qu’une institution de cette envergure fait partie des grands projets qui ne peuvent se réaliser qu’après l’attribution des ressources humaines et financières nécessaires, auxquels s’ajoutent, bien entendu, l’adhésion des acteurs et la sensibilisation au rôle de l’archive dans le renforcement de l’Etat moderne et des valeurs démocratiques. Dans ce sens M Jamaa Baida a appelé à une large campagne de sensibilisation sur l’importance des archives.

Créé en vertu de la loi 69/99 relative aux archives qui a été publiée le 30 novembre 2007, ‘Archives du Maroc’ est l’établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière, chargé principalement de ‘ sauvegarder le patrimoine archivistique national, d’assurer la constitution, la conservation, l’organisation et la communication des archives à des fins administratives, scientifiques, sociales ou culturelles’. ‘Archives du Maroc’ a pour mission de promouvoir et coordonner le programme de gestion des archives, sauvegarder et promouvoir la mise en valeur du patrimoine archivistique national, établir la normalisation des pratiques de collecte, de tri, d’élimination, de classement, de description, de conservation préventive, de restauration et de substitution des supports d’archives et promouvoir le domaine des archives et de la recherche scientifique, la formation professionnelle et la coopération internationale.

L’établissement, sis au siège de l’ancienne ‘Bibliothèque Générale et Archives’, est administré par un conseil d’administration et géré par un directeur. Le Conseil d’administration est composé, outre son président, par des représentants de l’Etat et de personnalités nommées par le Premier Ministre en provenance du secteur public ou privé, pour leur compétence en matière de conservation des archives pour une période de cinq ans renouvelable une seule fois.

Haut de page