Vous êtes ici : AccueilLe président du CCDH met en exergue les activités et les défis du réseau africain des Institutions nationales des Droits de l’Homme à Edinburgh

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

22-09-2022

AVIS DE RECRUTEMENT PORTANT OCCUPATION DEUX POSTES BUDGÉTAIRES BASÉS AU SIÈGE

Lire la suite

31-08-2022

Genève : le CNDH participe aux travaux de la 41ème pré-session de l’EPU, (...)

Lire la suite

25-08-2022

Atelier de formation sur « la participation des jeunes à l’examen périodique (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Le président du CCDH met en exergue les activités et les défis du réseau africain des Institutions nationales des Droits de l’Homme à Edinburgh

Le président du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme, M.Ahmed Herzenni, en tant que président du réseau africain des Institutions nationales des Droits de l’Homme RINADH, a participé à la réunion du bureau du comité international de coordination des Institutions nationales des Droits de l’Homme CIC qui s’est tenue le 07 octobre 2010 à Edinburgh en vue de présenter les activités du réseau, les défis auxquels il est confronté et les retombées de ses actions.

Intervenant à cette occasion, M.Herzenni a indiqué que le CCDH a été élu à la tête du réseau africain des institutions nationales des Droits de l’Homme à l’issue du 7ème congrès du réseau qui s’est tenu le 5 novembre 2009 et qui a constitué une occasion pour revoir les activités du réseau et déterminer ses priorités.
Il a ajouté que le réseau des Institutions nationales africaines des droits de l’Homme a mis en place un plan d’action qui couvre la période 2010-2011 qui a pour objectif permettre au réseau de jouer un rôle effectif dans ses relations avec ses principaux partenaires régionaux et internationaux, particulièrement la commission internationale de coordination, et de renforcer le rôle des Institutions membres du réseau afin d’influencer les politiques sur les droits de l’Homme.

Un objectif qui passe par l’amélioration du travail des institutions du réseau africain et par le renforcement de ses capacités, de sa coopération et de son degrés d’interactivité avec les organisations régionales et internationales, particulièrement le Comité international de coordination, les Nations Unies, l’Union africaine, la commission africaine des Droits de l’Homme, les réseaux régionaux des Institutions nationales de promotion des droits de l’Homme, et les autres organisations et institutions concernées. Il passe également par l’adoption d’une stratégie de collecte de fonds, et par la constitution de groupes de travail chargés des droits économiques, sociaux et culturels, de l’éducation et la formation dans le domaine des Droits de l’Homme, la justice transitionnelle, les droits de l’enfant, la souveraineté de la loi, les déplacés, les réfugiés et les apatrides, et la lutte contre la dépravation.

M.Herzenni a souligné par ailleurs que certaines institutions membres du réseau africain évoluent dans des conditions hostiles aux droits de l’Homme où il est difficile de se conformer aux principes de Paris, alors que le règlement interne de certaines institutions ne garantit par leur indépendance, précisant que le réseau est à pied d’œuvre pour dépasser ces problèmes.

Il convient de souligner que dans le cadre du renforcement des capacités des institutions nationales des Droits de l’Homme, plusieurs ateliers de formation et d’échange ont été organisés sur des thèmes divers, dont l’atelier sous-régional sur les droits de l’Homme dédié aux représentants des institutions nationales de l’Afrique de l’est et australe tenue en Ouganda les 24 et 28 mai 2010, et l’atelier de formation régional en droits de l’Homme organisé à l’attention des représentants des institutions nationales des droits de l’homme en Afrique, tenue au Rwanda du 22 juin au 1er juillet dernier. En plus d’une série d’ateliers organisés dans l’objectif d’insuffler une nouvelle dynamique à la coopération entre les institutions nationales des Droits de l’Homme et la commission africaine des Droits de l’Homme et des peuples, la cour africaine des Droits de l’Homme et des peuples, et le Comité d’Experts sur les Droits et le Bien-être de l’Enfant et la cour de justice de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest etc.

Ainsi, la présidence du réseau organisera, en collaboration avec la commission de vérité et de réconciliation togolaise et la commission togolaise des droits de l’Homme cette 1ère rencontre sous le thème « interaction entre les INADH et les commissions de vérité dans le processus de justice transitionnelle ». De même, Une convention de partenariat entre le RINADH et l’Association pour la prévention de la torture (APT) sera conclue entre les deux parties en vue de mettre en œuvre un plan d’action commun visant notamment à promouvoir les mesures contre la torture en Afrique et à renforcer le rôle des INADH dans ce domaine.

Il est à rappeler que la réunion du bureau du comité international de coordination des Institutions nationales des Droits de l’Homme Le Conseil consultatif des droits de l’Homme est tenu en marge de la dixième conférence internationale des institutions nationales des droits de l’Homme sur le thème : "les entreprises et les droits de l’homme : le rôle des INDH" organisée à Edimbourg, Ecosse au Royaume-Uni qui s’est tenue du 7 au 10 octobre 2010 à Edinbourg en Ecosse. La rencontre a jeté la lumière sur la responsabilité et les obligations qui incombent à l’Etat en matière de respect des Droits de l’Homme dans les entreprises et dans le secteur privé en général, et sur les mécanismes de recours pour les victimes des violations des droits de l’Homme au sein de ces entreprises

Le président du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme, M.Ahmed Herzenni, en tant que président du réseau africain des Institutions nationales des Droits de l’Homme RINADH, a participé à la réunion du bureau du comité international de coordination des Institutions nationales des Droits de l’Homme CIC qui s’est tenue le 07 octobre 2010 à Edinburgh en vue de présenter les activités du réseau, les défis auxquels il est confronté et les retombées de ses actions.

Intervenant à cette occasion, M.Herzenni a indiqué que le CCDH a été élu à la tête du réseau africain des institutions nationales des Droits de l’Homme à l’issue du 7ème congrès du réseau qui s’est tenu le 5 novembre 2009 et qui a constitué une occasion pour revoir les activités du réseau et déterminer ses priorités.
Il a ajouté que le réseau des Institutions nationales africaines des droits de l’Homme a mis en place un plan d’action qui couvre la période 2010-2011 qui a pour objectif permettre au réseau de jouer un rôle effectif dans ses relations avec ses principaux partenaires régionaux et internationaux, particulièrement la commission internationale de coordination, et de renforcer le rôle des Institutions membres du réseau afin d’influencer les politiques sur les droits de l’Homme.

Un objectif qui passe par l’amélioration du travail des institutions du réseau africain et par le renforcement de ses capacités, de sa coopération et de son degrés d’interactivité avec les organisations régionales et internationales, particulièrement le Comité international de coordination, les Nations Unies, l’Union africaine, la commission africaine des Droits de l’Homme, les réseaux régionaux des Institutions nationales de promotion des droits de l’Homme, et les autres organisations et institutions concernées. Il passe également par l’adoption d’une stratégie de collecte de fonds, et par la constitution de groupes de travail chargés des droits économiques, sociaux et culturels, de l’éducation et la formation dans le domaine des Droits de l’Homme, la justice transitionnelle, les droits de l’enfant, la souveraineté de la loi, les déplacés, les réfugiés et les apatrides, et la lutte contre la dépravation.

M.Herzenni a souligné par ailleurs que certaines institutions membres du réseau africain évoluent dans des conditions hostiles aux droits de l’Homme où il est difficile de se conformer aux principes de Paris, alors que le règlement interne de certaines institutions ne garantit par leur indépendance, précisant que le réseau est à pied d’œuvre pour dépasser ces problèmes.

Il convient de souligner que dans le cadre du renforcement des capacités des institutions nationales des Droits de l’Homme, plusieurs ateliers de formation et d’échange ont été organisés sur des thèmes divers, dont l’atelier sous-régional sur les droits de l’Homme dédié aux représentants des institutions nationales de l’Afrique de l’est et australe tenue en Ouganda les 24 et 28 mai 2010, et l’atelier de formation régional en droits de l’Homme organisé à l’attention des représentants des institutions nationales des droits de l’homme en Afrique, tenue au Rwanda du 22 juin au 1er juillet dernier. En plus d’une série d’ateliers organisés dans l’objectif d’insuffler une nouvelle dynamique à la coopération entre les institutions nationales des Droits de l’Homme et la commission africaine des Droits de l’Homme et des peuples, la cour africaine des Droits de l’Homme et des peuples, et le Comité d’Experts sur les Droits et le Bien-être de l’Enfant et la cour de justice de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest etc.

Ainsi, la présidence du réseau organisera, en collaboration avec la commission de vérité et de réconciliation togolaise et la commission togolaise des droits de l’Homme cette 1ère rencontre sous le thème « interaction entre les INADH et les commissions de vérité dans le processus de justice transitionnelle ». De même, Une convention de partenariat entre le RINADH et l’Association pour la prévention de la torture (APT) sera conclue entre les deux parties en vue de mettre en œuvre un plan d’action commun visant notamment à promouvoir les mesures contre la torture en Afrique et à renforcer le rôle des INADH dans ce domaine.

Il est à rappeler que la réunion du bureau du comité international de coordination des Institutions nationales des Droits de l’Homme Le Conseil consultatif des droits de l’Homme est tenu en marge de la dixième conférence internationale des institutions nationales des droits de l’Homme sur le thème : "les entreprises et les droits de l’homme : le rôle des INDH" organisée à Edimbourg, Ecosse au Royaume-Uni qui s’est tenue du 7 au 10 octobre 2010 à Edinbourg en Ecosse. La rencontre a jeté la lumière sur la responsabilité et les obligations qui incombent à l’Etat en matière de respect des Droits de l’Homme dans les entreprises et dans le secteur privé en général, et sur les mécanismes de recours pour les victimes des violations des droits de l’Homme au sein de ces entreprises
Le président du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme, M.Ahmed Herzenni, en tant que président du réseau africain des Institutions nationales des Droits de l’Homme RINADH, a participé à la réunion du bureau du comité international de coordination des Institutions nationales des Droits de l’Homme CIC qui s’est tenue le 07 octobre 2010 à Edinburgh en vue de présenter les activités du réseau, les défis auxquels il est confronté et les retombées de ses actions.

Intervenant à cette occasion, M.Herzenni a indiqué que le CCDH a été élu à la tête du réseau africain des institutions nationales des Droits de l’Homme à l’issue du 7ème congrès du réseau qui s’est tenu le 5 novembre 2009 et qui a constitué une occasion pour revoir les activités du réseau et déterminer ses priorités.
Il a ajouté que le réseau des Institutions nationales africaines des droits de l’Homme a mis en place un plan d’action qui couvre la période 2010-2011 qui a pour objectif permettre au réseau de jouer un rôle effectif dans ses relations avec ses principaux partenaires régionaux et internationaux, particulièrement la commission internationale de coordination, et de renforcer le rôle des Institutions membres du réseau afin d’influencer les politiques sur les droits de l’Homme.

Un objectif qui passe par l’amélioration du travail des institutions du réseau africain et par le renforcement de ses capacités, de sa coopération et de son degrés d’interactivité avec les organisations régionales et internationales, particulièrement le Comité international de coordination, les Nations Unies, l’Union africaine, la commission africaine des Droits de l’Homme, les réseaux régionaux des Institutions nationales de promotion des droits de l’Homme, et les autres organisations et institutions concernées. Il passe également par l’adoption d’une stratégie de collecte de fonds, et par la constitution de groupes de travail chargés des droits économiques, sociaux et culturels, de l’éducation et la formation dans le domaine des Droits de l’Homme, la justice transitionnelle, les droits de l’enfant, la souveraineté de la loi, les déplacés, les réfugiés et les apatrides, et la lutte contre la dépravation.

M.Herzenni a souligné par ailleurs que certaines institutions membres du réseau africain évoluent dans des conditions hostiles aux droits de l’Homme où il est difficile de se conformer aux principes de Paris, alors que le règlement interne de certaines institutions ne garantit par leur indépendance, précisant que le réseau est à pied d’œuvre pour dépasser ces problèmes.

Il convient de souligner que dans le cadre du renforcement des capacités des institutions nationales des Droits de l’Homme, plusieurs ateliers de formation et d’échange ont été organisés sur des thèmes divers, dont l’atelier sous-régional sur les droits de l’Homme dédié aux représentants des institutions nationales de l’Afrique de l’est et australe tenue en Ouganda les 24 et 28 mai 2010, et l’atelier de formation régional en droits de l’Homme organisé à l’attention des représentants des institutions nationales des droits de l’homme en Afrique, tenue au Rwanda du 22 juin au 1er juillet dernier. En plus d’une série d’ateliers organisés dans l’objectif d’insuffler une nouvelle dynamique à la coopération entre les institutions nationales des Droits de l’Homme et la commission africaine des Droits de l’Homme et des peuples, la cour africaine des Droits de l’Homme et des peuples, et le Comité d’Experts sur les Droits et le Bien-être de l’Enfant et la cour de justice de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest etc.

Ainsi, la présidence du réseau organisera, en collaboration avec la commission de vérité et de réconciliation togolaise et la commission togolaise des droits de l’Homme cette 1ère rencontre sous le thème « interaction entre les INADH et les commissions de vérité dans le processus de justice transitionnelle ». De même, Une convention de partenariat entre le RINADH et l’Association pour la prévention de la torture (APT) sera conclue entre les deux parties en vue de mettre en œuvre un plan d’action commun visant notamment à promouvoir les mesures contre la torture en Afrique et à renforcer le rôle des INADH dans ce domaine.

Il est à rappeler que la réunion du bureau du comité international de coordination des Institutions nationales des Droits de l’Homme Le Conseil consultatif des droits de l’Homme est tenu en marge de la dixième conférence internationale des institutions nationales des droits de l’Homme sur le thème : "les entreprises et les droits de l’homme : le rôle des INDH" organisée à Edimbourg, Ecosse au Royaume-Uni qui s’est tenue du 7 au 10 octobre 2010 à Edinbourg en Ecosse. La rencontre a jeté la lumière sur la responsabilité et les obligations qui incombent à l’Etat en matière de respect des Droits de l’Homme dans les entreprises et dans le secteur privé en général, et sur les mécanismes de recours pour les victimes des violations des droits de l’Homme au sein de ces entreprises

Haut de page